As-tu oublié que même les compagnons du prophète on également désobéi pense tu faire croire que tu es parfait ?

Un compagnon, le hadith est dans Al-Boukhari, son nom est Abdallah Ibn Himar, il buvait beaucoup d’alcool, et il fut ramené nombre de fois afin de se faire fouetter pour la consommation d’alcool.

Il fut donc ramené et cela était devenu récurrent, cette fois-ci un parmi les compagnons se mit à l’injurier, alors le prophète, prière et salut sur lui, a dit :

« Ne l’injuriez donc pas, n’aidez pas le diable contre lui, car certes cet homme aime Allah et Son messager ».

Il lui a cependant affirmé l’amour d’Allah et de Son messager, il lui a affirmé également la foi et a interdit de l’injurier afin de ne pas venir en aide au diable contre lui dans la désobéissance dans laquelle il était.

Il ne l’a donc pas exclu de la foi, ni de l’Islam du fait de qu’il soit tombé dans cette désobéissance.

Imagine maintenant qu’un frère ou une sœur viennent à toi et te parle d’une histoire de ton passé, tu pourrais lui dire ce que tu dis est faux, bien que celui qui t’a rappeler le fruit du péché de ton passé sais que c’est vrai, alors qu’auprès d’Allah si tu t’ai repentit ce péché n’existe plus, car Il est l’accueillant aux repentirs. Et il y à également le récit (hadith) Nawawi.

Hadith 42 : L’immensité de l’indulgence divine

Anas (qu’Allah l’agrée)  rapporte avoir entendu l’Envoyé d’Allah (que la paix et la prière d’Allah soit sur lui)  dire :
« Allah Très Haut a dit : Ô fils d’Adam, tant que tu M’invoqueras et mettras ton espoir en Moi, Je te pardonnerai les péchés dont tu te seras chargé, sans Me soucier de leur grand nombre. O fils d’Adam, si tes péchés atteignent toute l’étendue visible du ciel, et qu’alors tu implores Mon pardon, je te pardonnerai. O fils d’Adam, si tu viens à Moi, ayant rempli la terre de tes péchés et qu’alors tu Me rencontres cependant que tu n’associes personne d’autre à moi, Je te donnerai de quoi la remplir autant de pardon ».

Mais tu pourrais aussi bien lui dire, mon passé est passé, je ne suis pas mieux que toi et tu n’est pas mieux que moi, tu as péché autant que j’ai péché et pourtant tu donne plus d’intérêt à ton repentir qu’à celui de ton frère ( ou de ta sœur), alors que même les compagnons de l’islam on tous commis des péché durant leurs temps de l’ignorance (Jahiliya), pourquoi serais-je meilleur qu’eux ? Alors que mon passé appartient au temps de l’ignorance et que j’avais une infime connaissance de ce qu’était l’islam. Me reproche tu l’ignorance que tu avais eu également ?

Shaykh Haouli Nauredine