Authentification par le Coran d’un passage biblique du chapître 12 de la Page:Zadoc Kahn – Bible du rabbinat francais volume 1, 1899

Voici le passage Biblique (ancien testament)

« Envoyé par le Seigneur vers David, Nathan alla le trouver et lui dit : « Deux hommes habitaient une même ville, l’un riche, l’autre pauvre. Le riche possédait menu et gros bétail en très grande quantité. Mais le pauvre ne possédait rien qu’une petite brebis, qu’il avait achetée. Il la nourrissait, et elle grandissait auprès de lui et de ses enfants, mangeant de son pain, buvant dans sa coupe, reposant sur son sein, traitée comme sa fille. Or, l’homme riche reçut la visite d’un voyageur, et, trop ménager de ses propres bêtes pour en offrir une à son hôte, il s’empara de la brebis du pauvre et la servit à l’hôte qui était venu chez lui… »

Première façon d’authentifier part le Coran :

Et la nouvelle des disputeurs t’est-elle parvenue ? Lorsqu’ils escaladèrent le mur du sanctuaire. Lorsqu’ils entrèrent auprès de David, celui-ci fut alors effrayé par eux. Ils lui dirent : « N’aie pas peur. (Nous sommes) deux disputeurs, l’un de nous a agi injustement vis-à-vis de l’autre ; rends donc le jugement entre nous selon l’équité, ne sois pas injuste, et guide-nous vers la droiture du chemin. Celui-ci est mon frère, il a quatre-vingt-dix neuf brebis, et je n’en ai qu’une. Il m’a dit : « Confie-la-moi », et il a insisté avec moi en (me) parlant. » (David) dit : « Il a été certes injuste envers toi en demandant de joindre ta brebis aux siennes. Et beaucoup de personnes sont injustes envers leurs associés, sauf ceux qui ont la foi et font les bonnes actions – et peu nombreux sont ceux-là. » Et David pensa alors que Nous l’avions mis à l’épreuve, il demanda pardon à Son Seigneur, tomba prosterné et se repentit.

Voici la deuxième façon d’authentifier par le Coran, sourate 18 :

32 Donne-leur l’exemple de deux hommes : à l’un d’eux Nous avons assigné deux jardins de vignes que Nous avons entourés de palmiers et Nous avons mis entre les deux jardins des champs cultivés.

33 Les deux jardins produisaient leur récolte sans jamais manquer. Et Nous avons fait jaillir entre eux un ruisseau.

34 Et il avait des fruits et dit alors à son compagnon avec qui il conversait : « Je possède plus de bien que toi, et je suis plus puissant que toi grâce à mon clan ».

35 Il entra dans son jardin coupable envers lui-même [par sa mécréance]; il dit : « Je ne pense pas que ceci puisse jamais périr,

36 et je ne pense pas que l’Heure viendra. Et si on me ramène vers mon Seigneur, je trouverai certes meilleur lieu de retour que ce jardin.

37 Son compagnon lui dit, tout en conversant avec lui : « Serais-tu mécréant envers Celui qui t’a créé de terre, puis de sperme et enfin t’a façonné en homme ?

38 Quant à moi, c’est Allah qui est mon Seigneur; et je n’associe personne à mon Seigneur ?

39 En entrant dans ton jardin, que ne dis-tu : « Telle est la volonté (et la grâce) d’Allah ! Il n’y a de puissance que par Allah ». Si tu me vois moins pourvu que toi en biens et en enfants,

40 il se peut que mon Seigneur, bientôt, me donne quelque chose de meilleur que ton jardin, qu’Il envoie sur [ce dernier], du ciel, quelque calamité, et que son sol devienne glissant,

41 ou que son eau tarisse de sorte que tu ne puisses plus la retrouver ».

42 Et sa récolte fut détruite et il se mit alors à se tordre les deux mains à cause de ce qu’il y avait dépensé, cependant que ses treilles étaient complètement ravagées. Et il disait : « Que je souhaite n’avoir associé personne à mon Seigneur ! « .

Shaykh Haouli Nauredine.