Hadith (Récits)

D’après Abou Oumama Al Bahili (qu’Allâh l’agrée), le Prophète (ç) a dit : « Celui qui part à la mosquée, en ne voulant qu’apprendre un bien ou l’enseigner, à la récompense du
pèlerin qui a complété son pèlerinage ».
(Rapporté par Tabarani et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°86)
L’imam Ibn Qayim Al jawziya (mort en 751) a dit dans Madarij As Salikin vol 2 p 490: « L’imam Ahmed Ibn Hanbal (rah) a dit: Les gens ont plus besoin de science qu’ils n’ont
besoin de nourriture et de boisson. Ceci car une personne a besoin de nourriture une ou deux fois par jour, tandis qu’il a besoin de science à chacune de ses respirations.
Il nous a été rapporté que l’imam Chafi’i (rah) a dit: Apprendre la science est plus méritoire que la prière surérogatoire.


L’imam Abou Hanifa a également mentionné cela.


Ibn Wahb a dit: Alors que j’étais devant l’imam Malik, j’ai posé mes feuillets () et je me suis levé pour prier. Alors il a dit: La chose pour laquelle tu t’es levé n’est pas meilleure que celle que tu as laissé ». () Ibn Wahb était un des élèves de l’imam Malik et il a donc posé les feuillets sur lesquels
il notait la science pour faire des prières surérogatoires.
عن أبي أمامة الباهلي رضي ا عنه قال رسول ا صلى ا عليه و سلم : من غدا إلى المسجد ل يريد إل أن يتعلم
خيرا أو يعلمه كان له كأجر حاج تاما حجته
(رواه الطبراني و صححه الشيخ اللباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ٨٦(
Remarque : La science qui a été apprise doit être mise en pratique, c’est cela l’objectif de l’apprentissage de la science.
D’après Alqama Ibn Qays, ‘AbdAllâh Ibn Mas’oud (qu’Allâh les agrées) a dit : « Apprenez, apprenez puis quand vous avez appris alors oeuvrez ».
(Rapporté par Al Khatib Al Baghdadi dans Iqtida Al Ilm Al Amal n°10 et authentifié par Cheikh Albani dans sa correction de cet ouvrage)
ن م فاعملوا
موا فإذا علمت
موا تعل
عن علقمة بن قيس قال عبدا بن مسعود رضي ا عنه : تعل
(رواه الخطيب البغدادي في اقتضاء العلم العمل رقم ١٠ و حسنه الشيخ اللباني في تحقيق هذ الكتاب)

D’après Abou Oumiya Al Jamhi (qu’Allâh l’agrée), le Prophète (ç) a dit: « Certes fait partie des signes de la fin des temps que l’on recherche la science chez les petits ».
(Rapporté par Tabarani et authentifié par Cheikh Albani dans la Silsila Sahiha n°695)


L’imam ‘AbdAllâh Ibn Moubarak (mort en 181) a dit dans son livre Al Zouhd que le sens des petits dans le hadith est les gens de l’innovation.
(voir Silsila Sahiha vol 2 p 309)
عن أبي أمية الجمحي رضي ا عنه قال رسول ا صلى ا عليه و سلم : إن من أشراط الساعة أن يلتمس العلم عند
الصاغر
(رواه الطبراني و صححه الشيخ اللباني في السلسلة الصحيحة رقم ٦٩٥(
D’après Ibn Mass’oud (qu’Allâh l’agrée), le Prophète (ç) a dit:
« Il n’y a d’envie que dans deux choses: un homme à qui Allâh a donné de l’argent qu’il dépense dans la vérité et un homme a qui Allâh a donné la sagesse avec laquelle il juge et qu’il enseigne ».
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°1409)


Les savants ont précisé ici que cette envie est appelée Ghibta (Al-Ghibta est le fait de souhaiter avoir le même bienfait qu’une personne sans détester qu’elle l’ait).
عن بن مسعود رضي ا عنه قال رسول ا صلى ا عليه و سلم: ل حسد إل في اثنتين : رجل آتاه ا مال فسلطه
على هلكته في الحق ورجل آتاه ا حكمة فهو يقضي بها ويعلمها
(رواه البخاري في صحيحه رقم ١٤٠٩(
D’après Abou Sa’id Al Khoudri (qu’Allâh l’agrée) : « Lorsque les compagnons du Prophète (qu’Allâh les agrée) s’asseyaient, ils parlaient de fiqh () sauf si l’un d’entre eux lisait une sourate ou ordonnait à un homme d’en lire une ». (Rapporté par Al Hakim dans son Moustadrak n°322 qui l’a authentifié selon les conditions de Mouslim. L’imam Dhahabi l’a approuvé sur cela et Cheikh Moqbil n’a pas fait de remarque sur leur jugement dans sa correction du Moustadrak vol 1 p 162) () Ce terme désigne les sciences de la religion, que ce soit au niveau de la croyance ou au
niveau de la jurisprudence.

Shaykh Haouli Nauredine.